Thé du Japon, de Chine et du Sri Lanka : quelles sont les différences ?

Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le thé est la deuxième boisson du monde la plus consommée après l’eau. C’est un breuvage aromatisé ou fruité, dont la saveur, les vertus et les propriétés spécifiques varient d’un pays, d’une culture et d’une religion à l’autre. Découvrez ici les différences qui existent entre le thé du Japon, de la Chine et du Sri Lanka.

Thés provenant du Japon, Chine, Sri Lanka : goûts et terroirs différents

Le Japon, la Chine et le Sri Lanka sont tous trois de grands producteurs mondiaux de thés. Seulement, comme vous pourrez le constater sur ce site, ils ne produisent pas les mêmes variétés de thés. Le goût des thés varie en fonction du pays et plus particulièrement en fonction de la province ou de la région de provenance. Par exemple, la majorité du thé chinois provient des provinces du sud (l’Anhui, Fujian et Zhejiang) où le climat est nettement humide, avec beaucoup de soleil et de pluie.

L’altitude et la topographie de ces régions sont également très variées, ce qui favorise la diversité des goûts en matière de terroirs et de thés. Ainsi en Chine, chaque province produit des thés spécifiques très différents.

Par contre, au Japon, les provinces de production du thé sont toutes situées dans les régions méridionales, au nord du pays. Ces régions étant très proches de la mer, leur environnement confère au thé une saveur marine distincte qui se rapproche du goût des algues.

Au Sri Lanka, la même remarque peut se faire, car la qualité et le goût des différents thés varient en fonction de l’altitude de la plantation et son exposition.

thé production

Des saisons de récoltes différentes pour le thé

Une différence majeure se note entre les saisons de cueillette du thé de la Chine, du Japon et du Sri Lanka. En Chine, les premières récoltes ont généralement lieu en mars, bien avant la « fête des Morts » (Qing Ming) qui est célébrée en avril. Au japon, elles commencent plutôt à la fin du mois d’avril, selon les aléas météorologiques et portent le nom de « shincha » (nouveau thé).

Cependant, au Sri Lanka, les récoltes sont toutes particulières. Contrairement aux théiers de la Chine et du Japon qui entrent en période de dormance pendant l’hiver, les théiers du Sri Lanka n’ont pas de période de dormance. La récolte se fait donc durant toute l’année.

Préparation du thé : des méthodes propres à chaque pays

En dehors de la diversité des variétés de thés que l’on retrouve au Japon, en Chine et au Sri Lanka, les méthodes de préparation varient également d’un pays à l’autre.

En Chine, la méthode de préparation (la dessiccation) relève d’une pratique très ancienne. Elle consiste à remuer les feuilles manuellement et de façon répétitive dans une cuve métallique ou des cylindres chauffés sur un feu de bois ou à l’électricité. La chaleur sèche émise permet de conserver les parfums oraux et offre au thé un caractère végétal authentique. À la différence, la préparation du thé japonais s’effectue à travers une torréfaction particulière par la vapeur d’eau ; un processus qui permet de rompre le phénomène d’oxydation.

Cela permet d’obtenir un thé qui conserve son aspect végétal. Les thés du Sri Lanka quant à eux ne se préparent pas d’une seule manière. Néanmoins, la méthode la plus utilisée est celle de l’infusion. Vous pouvez choisir de faire une infusion à chaud ou à froid après avoir trempé les feuilles pendant quelque temps.

Des thés haut de gamme de divers horizons

Les différents types de thés cultivés dans les régions du Japon, de la Chine et du Sri Lanka ont tous des caractéristiques bien distinctes. Ce sont des productions qui permettent d’obtenir diverses variétés de thés haut de gamme aux parfums distincts avec des goûts uniques. Grâce à ces cultures, il est possible de réaliser par exemple du thé blanc et du thé vert haut de gamme (riches en antioxydants et favorables à la minceur), du thé noir nature très fort en théine, du thé Oolong (parfois appelé thé bleu à cause de la couleur de l’infusion) et du thé Pu erh, spécialité de la province Yunnan en Chine.

Par ailleurs, chacune de ces préparations possède ses vertus propres. Ainsi, en allant d’un pays ou d’une région à l’autre, les traditions en matière de thés se diversifient énormément. De là émane justement toute la richesse que l’on peut contempler de cette culture si particulière.