Sélectionner une page

Opter pour une bouteille de vin parmi des centaines de références constitue un défi majeur. Pour la majorité, amateurs ou novices, le choix est souvent influencé par le design de l’étiquette. Un outil marketing qui va finalement s’imposer comme étant un critère déterminant lors de l’achat.

Ceci, car depuis déjà quelques années, le graphisme des étiquettes a connu une évolution considérable. Un changement qui a pour objet de conquérir de nouveaux consommateurs, mais qui va également bouleverser les plus grands connaisseurs, pour les séduire à leur tour.

Buveursdetiquettes : la différenciation

L’émergence des vignerons indépendants sur le marché du vin a fortement marqué un tournant convaincant dans le design des étiquettes. Afin de se démarquer de la concurrence et obtenir plus d’impact, ces nouveaux vignerons ont tout misé sur le côté esthétique pur de la bouteille.

Ils ont cherché à avoir l’attention des personnes sensibles avec l’aspect marketing du produit, autrement, le visuel, ou encore celles qui ne maitrisent pas les codes du vin, en se détachant entièrement de l’univers du vin. Ainsi, ces dernières sont séduites et accordent une importance particulière sur l’effet général dont la bouteille leur inspire, par rapport aux informations que l’on peut y trouver.

Sur le plan marketing, l’originalité constitue ainsi un critère essentiel en matière de marketing et de packaging. En effet, ce sont des arguments qui s’avèrent être convaincants pour la vente. Les étiquettes se réinventent et, avec l’essor des vins nature et bio, se deviennent de réels champs d’expressions de valeurs, avec des messages bien ciblés et plus en plus personnelles.

L’étiquette originale se libère parfois de l’aspect magistral et sérieux du vin. Elle ne s’enlace plus des codes ancestraux qui constituaient l’identité du vin. A la fois exubérante et audacieuse, libérée et légère, l’étiquette utilise des couleurs fantaisistes, des caricatures ou des jeux de mots. L’étiquette, met en exergue une identité collective qui se traduit par la notion de convivialité, de plaisir et de fête. C’est donc ce côté marketing qui pousse de plus en plus de personnes à devenir buveursdetiquettes, sans se soucier de la tradition du vin.

Buveursdetiquettes : l’étiquette du vin

L’étiquette d’un vin n’est rien de plus qu’un simple morceau de papier appliqué sur une bouteille. Pour les personnes dites « buveurs d’étiquettes », l’étiquette est gage de convoitise, de richesse,  voire de prestige. Pour d’autres, épicuriens et artistes de ce monde, l’étiquette constitue une expression graphique de la personnalité du vin, une œuvre d’art à part entière. De toute façon, d’un point de vue pratique, l’étiquette doit,  au moins, transmettre certaines informations sur son origine, son contenu et sur le vin au consommateur.

Toujours critiqués des œnologues, mais également des gens éduqués aux produits viticoles, les buveursdetiquettes de penser qu’une bouteille de vin bien élaborée et bien présentée et qui affiche également un certain prix, constitue le meilleur vin issu des meilleures marques et cépages. Rien d’alarmant, car les consommateurs sont libres de choisir la bouteille de vin qu’ils préfèrent, sans tenir compte de sa provenance, ni de sa  marque.

L’étiquette de vin permets aux aguerris de choisir le bon vin pour l’associer à un met spécifique ou encore à un événement particulier. Les buveurs d’étiquettes sont entièrement attirés par le prix, le design  et le package du vin.

Buveursdetiquettes : qui sont-ils ?

Dans le monde du vin, il ne faut pas confondre les buveurs d’étiquettes et les liseurs d’étiquettes. Généralement, les buveurs d’étiquettes sont ces personnes qui ne présentent que des bribes de connaissances sur le vin et qui se sont arrêtés à mi-chemin. Ces personnes sont essentiellement sensibles à la publicité et font entièrement confiance au mot « tradition ». Ils confondent souvent bien constitué et râpeux, envahissant et bouqueté, oxydé et ancien.