Sélectionner une page

Comme pour le bourgogne blanc, il y a un monde de différence entre un simple bourgogne de village et un premier ou grand cru élégant – dont la plupart ont besoin de 5 ans au moins pour donner le meilleur d’eux-mêmes, mais la ligne de démarcation quand il s’agit d’associer le vin au bourgogne rouge est l’âge. S’agit-il d’un vin léger ou d’un vin plus mûr, au goût plus intense ? Le canard est presque toujours gagnant, mais voici d’autres options.

Bourgogne rouge de base

Mieux vaut le considérer comme un compagnon pour les repas simples en français, même les pique-niques. Mon choix numéro un serait la charcuterie – saucisson sec simple, paté, rillettes et terrines. Ou sinon :

  • Fromages doux comme le fromage de chèvre et le brie crémeux mais pas trop affiné (mais les fromages plus malodorants comme l’Epoisses les envahiront).
  • Thon saisi, particulièrement avec un accent asiatique comme une croûte de sésame.
  • Poulet ou lapin avec une sauce crémeuse à la moutarde
  • Jeune Bourgogne rouge de bonne qualité de 2 à 5 ans, p.ex. Marsannay, Mercurey et Santenay.

Vous ne voulez pas le surcharger de sauces lourdes, alors pensez simplement à de la viande rare cuite plutôt qu’à de la viande fortement carbonisée ou en sauce. (Vous pouvez aussi, bien sûr, les combiner avec les plats ci-dessus)

  • Carré d’agneau en croûte aux herbes
  • Magret de canard poêlé particulièrement accentué de fruits rouges comme les cerises ou les mûres.
  • Abats – foie, en particulier foie de veau, rognons et ris de veau
  • Les champignons – comme pour le risotto aux champignons de Paris, le risotto aux champignons de Paris fonctionne particulièrement bien, mais une sauce aux champignons donne souvent l’impression d’un mariage. Pensez champignons stroganoff aussi
  • Betterave rouge (en particulier betterave rôtie mais éviter le vinaigre) Bon avec des styles plus mûrs et plus fruités à partir de millésimes chauds (comme 2015 au moment de l’écriture)
  • Les petits pois – bizarrement, mais ils rehaussent presque toujours un match de pinot.
  • Bouillons légers riches en umamis comme ceux que l’on trouve dans le sukiyaki (voir cette association très réussie).

Des bourgognes rouges plus lourds et plus sérieux comme Nuits-Saint-Georges et Gevrey-Chambertin.

Un excellent vin pour les viandes de toutes sortes – même les plats à la sauce riche comme le bœuf bourguignon et le coq au vin :

  • Gibier à plumes – en particulier avec des vins élégants comme Vosne-Romanée ou Chambolle-Musigny : gélinotte rôtie, faisan, perdrix ainsi que des viandes d’élevage de grande qualité comme la pintade et l’oie.
  • Viandes rouges maigres comme le gibier, le filet de bœuf et l’agneau
  • Les viandes blanches simplement rôties comme le rôti de porc, le rôti de veau ou un bon poulet rôti de race rare.
  • Plats avec une sauce à base de bourgogne rouge comme le coq au vin et le bœuf bourguignon.
  • Plats aux truffes noires et cèpes